l’évolution des consommateurs

La France, 1er producteur, 1er importateur, 1er consommateur de vin rosé dans le monde.

Selon le rapport 2020 de l’observatoire mondial du rosé, la France représente plus du quart de la production mondiale en 2018, avec 7,5 millions d’hectolitres sur une production mondiale de 26,4 millions.

Elle est également le 1er pays consommateur au monde, avec 8,7 millions d’hectolitres soit 34% de la consommation mondiale.

En termes de valeur, les flux mondiaux atteignent 2,1 milliards d’euros en 2018 et progressent de 10% par rapport à 2017.

En France, comme dans de nombreux pays, la consommation de vin rosé a régulièrement augmenté ces dernières années. (+ 53% en 15 ans dans l’hexagone).

L’amélioration de la qualité des vins rosés et le changement des habitudes de consommation en matière de vins justifient clairement cette tendance.

Le « rosé » a su s’imposer dans la société actuelle. Les consommateurs, plus féminins et plus jeunes, sont à la recherche d'un plaisir immédiat, accessible, ce que permet ce produit qui demande à être bu dans l’année, et le fait qu’il s’accorde avec des plats plus diversifiés, renforce cette attractivité.

Enfin, le design est un critère important de choix dans la sélection d’un tel vin. La forme de la bouteille, l’étiquette, sa transparence, sa couleur, sont notamment très appréciées des consommatrices et de la jeune génération.

La Provence, 1ère région en France productrice de vins rosés AOC.

Les vins de Provence rosés représentent le 1er vignoble français pour la production de vins rosés en AOC (38% des volumes).

Avec une superficie de 27.221 ha et plus de 165 millions d’équivalent bouteilles produits en 2018, la place des « vins de Provence rosés » dans le monde est de 4.2% en volume de production et 12.6% en valeur des échanges mondiaux.

Ils sont positionnés en leader sur le marché grâce à la capacité d’adaptation des producteurs et aux nouveaux modes de consommation.

Les facteurs clés de succès sont :

  • La protection et la promotion de l’appellation, rôle tenu par une organisation interprofessionnelle dynamique ;
  • L’amélioration de la qualité des vins depuis de nombreuses années. De la conduite du vignoble à la vinification, en passant par le choix des cépages, toutes les étapes sont pensées par les vignerons de Provence pour élaborer du vin rosé de grande qualité ;
  • La proposition d’un vin rose pâle, sec et très aromatique véritable signature des vins de Provence ;
  • L’innovation et les nouveaux positionnements en termes de marketing;
  • La gestion de la transition écologique.

Malgré la conjoncture liée à la crise sanitaire et économique, le rosé est la catégorie de vin qui a le moins souffert.

Phénomène qui peut s’expliquer par plusieurs facteurs, notamment un recentrage des consommateurs sur la production française (1er importateur mondial), des prix accessibles, un conditionnement en Bag In Box plus léger et facile à transporter, des achats axés sur le plaisir, la consommation immédiate et la recherche de vins moins « compliqués ».

Les perspectives de développement des vins rosés sont très prometteuses sur les années à venir. L’évolution de l’export vers de nouveaux marchés tels que les pays asiatiques et d’Océanie cumulée à l’accroissement mondial du nombre de jeunes consommateurs, devraient amplifier la croissance.

Associée
Céline Tisset Rencontrez Céline