Études

Industrie pharmaceutique et objets connectés

D’après une étude conduite en 2017 en partenariat avec les étudiants en Master International de l’ESCP Europe.

Quels sont les impacts de ces objets connectés sur l’industrie pharmaceutique, notamment son business model ?

Avec l’augmentation des coûts de R&D, l’accroissement des contraintes réglementaires, la concurrence des génériques et l’essor des producteurs locaux, le business model de l’industrie pharmaceutique est en crise et requiert une adaptation à de nouveaux enjeux. 

Les avancées scientifiques et technologiques vont pousser les industriels de la santé à opérer une mutation profonde de leur modèle opérationnel. La focalisation sera sur la valeur ajoutée de traitements proposés de manière à délivrer des retours profitables et durables pour l’ensemble des acteurs de l’écosystème.

Repositionnement des acteurs pharmaceutiques avec l’arrivée des objets connectés : le patient au cœur des enjeux

L’attention se déplace des maladies relativement communes et faciles à traiter vers certaines plus complexes et chroniques qui génèrent une marge plus importante. Les objets connectés, permettraient d’adapter les traitements en quasi temps réel en fonction des caractéristiques des patients et de leurs maladies. Ces dispositifs technologiques faciliteraient le suivi des traitements par le patient et le thérapeute.  

L’enjeu sera alors d’identifier un modèle économique pertinent qui assurera des ressources viables et durables pour l’industrie. La valeur ajoutée ne viendra pas de l’objet connecté lui-même mais plus des services qu’il pourra apporter au patient et au praticien de santé.

Malgré une visibilité importante mais un taux de pénétration encore faibles, le potentiel des objets connectés de santé est indéniable, avec à la clef une meilleure prise en charge du patient, une amélioration de la performance du système de santé, tant du point de vue thérapeutique (prévention, suivi des pathologies chroniques, coordination des soins) qu’économique (réduction de coûts en amont de la chaine de valeur lors des essais cliniques, bon taux de remboursement).

Olivier Rihouet, Associé en charge de l’offre pilotage de la performance