Communiqué de presse

Les entreprises peinent à montrer « patte blanche » à l’international

3ème édition du baromètre dédié à la maturité des dispositifs anticorruption

Grant Thornton, groupe d’audit et de conseil en France et dans le monde, annonce les dernières tendances de la 3ème édition de son baromètre dédié à la maturité des dispositifs anticorruption des entreprises. Menée au cours du dernier semestre auprès de 1500 décideurs d’ETI, de grands groupes et de leurs filiales, l’étude souligne nettement le fait que les entreprises n’ont pas ménagé leurs efforts, avec une volonté de se positionner comme un partenaire compliant, notamment à l’international. Ayant ainsi dépassé la période de déploiement initiale, les organisations – même hors du champ d’application de la loi Sapin 2 - sont de plus en plus nombreuses à s’inscrire dans une démarche volontariste. Ainsi si la proportion d’entités totalement conformes évolue relativement lentement, passant de 6% à 10%, le taux de conformité moyen a quant à lui davantage progressé, passant de 57% à 79%.

Nicolas Guillaume, Associé en charge de la ligne Business Risk Services et Patricia Pombo, Directrice au sein de la même équipe de Grant Thornton commentent d’une seule voix :

« Alors qu’elles prônent l’éthique dans la conduite de leurs affaires, les entreprises ont finalement peu de certitudes concernant leurs intermédiaires sur des aspects aussi cruciaux que la fraude financière et fiscale, la sécurité, la santé, le respect des droits humains ou de de l'environnement. Ce constat tend à se renforcer dans des juridictions complexes en Afrique, Asie et en Amérique latine, mettant ainsi en lumière la nécessité d’avoir une vision panoramique et une maitrise des risques ‘aux bornes du groupe’ Il appartient aux organisations d’enrichir leur approche en matière d’évaluation des tiers et de contrôles comptables, ces deux chantiers ayant un impact réel sur les processus opérationnels et, de ce fait, vont contribuer de manière efficace à la prévention et détection des situations afin de prendre des décisions éclairées au regard du risque de corruption ».