La lettre des décideurs N°32

Economie de guerre et financement de la BITD ?

ContributorName(contributor, true)
By:
Objectif Croissance n°32 : renaissance, croissance, performance

Fin 2021, alors que le CEMA venait de livrer sa vision stratégique, qui impliquait notamment la nécessité de préparation  à un affrontement de haute intensité, j’avais commis une tribune sur la difficulté d’accès au financement pour la BITD. Fin février 2022, la Russie envahissait l’Ukraine consacrant le retour d’un conflit de haute intensité en Europe…

Cette actualité a mis en exergue la criticité de nombreux paramètres : niveau de préparation des forces, solidité de la chaine logistique, importance des blindés et de l’artillerie, emploi massif de drones, sécurité des transmissions et cyberdéfense….

Dans son aide à l’Ukraine, l’Europe a constaté très vite la limite de sa capacité de production munitionnaire.

Que dire de la France qui ne produit plus de blindés lourds et voit l’Allemagne prendre le leadership sur le sujet des chars de bataille en Europe… Au-delà de l’émoi médiatique et de la tendance très française à envisager l’effondrement de son aura et de sa puissance, soyons réalistes nous maîtrisons techniquement et industriellement tous ces sujets, fruits d’une politique d’autonomie depuis les années soixante.

Le ministre des Armées, dans le prolongement des propos du Président de la République dans son échange avec les industriels de la défense, s’est alors employé à définir les termes du passage à une économie de guerre. Elle suppose une capacité de l’outil industriel à produire rapidement et en masse les équipements et matériels nécessaires.

Dans une optique de réponse à un conflit, il ne s’agit pas uniquement de produire mais également d’être capable d’assurer la maintenance des matériels et la reconstitution des stocks consommés par un emploi intensif.

En substance cela suppose d’augmenter la productivité des chaines existantes, d’en construire de nouvelles et de trouver la ressource qualifiée pour les opérer.
Cela pour les équipements et programmes existants mais il convient aussi de supporter l’innovation (missiles hypersoniques, munitions rodeuses, SCAF, drones sous-marin…). Le besoin est à la fois financier (investir et rémunérer) et humain (identifier, former et retenir).

Dès lors qui va financer de tels investissements ? La commande publique est historiquement le moteur du développement de ces savoir-faire. Si la LPM (Loi de Programmation Militaire) se veut une loi de « réparation » la réalité est qu’au-delà de la compensation de l’inflation, l’investissement n’est pas aussi massif que le voudrait cette notion d’économie de guerre. Le financement initial s’il doit être privé doit pouvoir s’appuyer sur un horizon clair de l’investissement de l’Etat. La réalité du conflit a conduit des états très sensibles au sujet ESG à revoir leur approche avec par exemple la décision allemande de consacrer 100 Md€ à la défense. On lira avec intérêt la note de l’AF2i de mars 2023 ESG et financement de l’industrie de défense qui redéfinit les concepts clés sans opposer défense et ESG.

La création du fonds Eiréné par Weinberg Capital Partner est l’illustration de la capacité à soutenir l’effort industriel dans le secteur pour garantir une souveraineté française et européenne qui est le préalable à la mise en œuvre d’une politique plus large soutenant notamment la résolution des grands enjeux climatiques.

Cette initiative n’est sans doute que les prémices d’un mouvement plus large à l’échelle européenne des fonds et banques de financement sur le sujet.