Barometre Anticorruption 2020
Contents

Cette étude présente son indice relatif au risque de corruption au sein de différents secteurs d’activités.

Combinant à la fois la perception d’un panel de 1500 répondants* et un grand volume de données empiriques**, cinq secteurs semblent particulièrement exposés selon l’indice créé*** : l’industrie manufacturière de pointe (indice de 3,16), les industries extractives (3,05), l’industrie manufacturière lourde (3,04), la construction (2,87) et les services financiers (2,50).

L’analyse média ne converge pas toujours avec la perception des acteurs

Les industries extractives (ressources naturelles minérales) et l’industrie manufacturière lourde (chimie, plastiques, électricité, gaz…) semblent particulièrement exposées au risque de corruption avec respectivement 80% et 70% d’entreprises faisant l’objet de coupures de presse liées à des faits de corruption. Cela est confirmé par les sondés qui estiment respectivement à 60% et 40% le risque « fort » sur ces secteurs. Dans une moindre mesure, c’est également le cas pour les services financiers où l’analyse média converge avec les perceptions des acteurs, avec respectivement 30% d’organisations citées et 21% de dirigeants soulignant un risque « fort ».

En revanche, certains constats semblent diverger. C’est notamment le cas de l’industrie manufacturière de pointe (informatique, machines, véhicules automobiles…), ayant de très nombreuses entreprises impliquées dans des faits de corruption cités dans la presse. Toutefois, le panel semble mésestimer cette dimension : ils ne sont que 16% à reconnaitre un risque « fort » sur ce secteur.

A l’inverse, le secteur de la construction est en queue de classement, car 20% seulement d’entreprises ont fait l’objet d’une presse négative. Cette fois-ci, c’est la perception des dirigeants qui révèle une toute autre réalité : près de 8 sur 10 indiquent une menace particulièrement prégnante en matière de corruption.

Des régions du monde et des pratiques peu éthiques étayées

Les recherches menées par le cabinet identifient les régions du monde les plus propices aux condamnations, pour motif de corruption par la SEC ou la DOJ, notamment. Parmi les cinq secteurs retenus par Grant Thornton, la zone « Moyen-Orient, Asie Pacifique et Russie » semble être un terreau fertile. En effet, seules les industries extractives échappent à ce constat, l’Amérique du Sud étant représentée dans 42% des cas de condamnation sur ce secteur.

Pour plus d’informations, veuillez télécharger l’étude, SVP.

 

*Sondage réalisé au 1er semestre 2020 lors de la 3ème édition du baromètre dédié à la maturité des dispositifs anticorruption auprès de l’ensemble des fonctions clés impliquées dans la lutte contre la corruption en entreprise : Audit interne, Conformité, Direction générale, Ethique, Risk Management, Services Juridiques, Direction financière, Contrôle interne, Direction juridique, Autres.

**Données relatives aux affaires de corruption et aux radiations pour motif de corruption par la Banque Mondiale recensées depuis 2014 ainsi qu’aux parutions presse en français et anglais sur les cinq dernières années.

***1 (risque faible) à 4 (risque fort)