Article

Gestion hospitalière en période de pandémie

Quels enseignements pour les responsables financiers ?

L’année 2020 constitue une parenthèse étonnante dans l’exercice de la gestion financière au sein de l’hôpital public. Elle marque à la fois l’implosion (temporaire ?) des carcans d’un système d’organisation, elle appelle à des réformes en profondeur et suscite de nouvelles interrogations sur les fondamentaux du financement de l’hôpital. Mais au total, permettra-t-elle de tirer les leçons qui s’imposent ?

L’implosion des carcans

Le covid a profondément modifié l’approche financière de la gestion hospitalière. La nécessité de faire face à l’immédiat, le besoin absolu de financer des besoins urgents, ont provoqué une révolution de nature existentielle pour les directions financières.

L’hôpital a subitement quitté un mode de pensée qui était presque exclusivement concentré sur la performance économique, sur l’allocation en fonction de l’activité, sur l’efficience maximale des ratios technico-économiques. Sans transition, nous avons plongé dans un autre schéma d’analyse et de pensée, focalisés sur les règles de précaution et d’efficacité opérationnelle.

Abandonnés les schémas du juste à temps, du principe de négociation notamment avec les fournisseurs pour obtenir les meilleures conditions économiques et vérifier la maîtrise des flux tendus ; abandonnées les tractations avec les services médicaux afin d’ajuster la ressource avec l’activité, ou avec les régulateurs pour arracher des autorisations d’ouverture de lits ou de recrutement de personnels.

Tous les circuits garantissant l’optimisation économique ont été bouleversés. Ils ont été tout simplement exclus, niés.

Nous sommes revenus à une approche plus tournée vers le qualitatif, moins centrée sur l’économie, l’efficience, la performance : c’est un retour au sens premier de l’approche par le patient, pour répondre à une obligation de soins.

La garantie de ressources devenant primordiale, le surcoût devient une donnée de gestion, au-delà des montants, voire de la pertinence économique de l’achat. C’est une inversion totale du référentiel. Le sujet n’est pas de réduire la dépense, mais de financer cet excédent de dépenses, sachant que les moyens propres de l’hôpital à cet instant ne permettront pas de couvrir la charge nouvelle.

L’opportunité de refondre un système : trois grandes réformes

Pour lire la suite de l’article, veuillez cliquer ici (PDF) [ 3269 kb ].

 

Auteur : Camille Dumas, Directeur Financier des Hôpitaux de Lyon, Coordinateur de la réunion des DAF de CHU.