La lettre des décideurs n°18

Édito

Au mois de novembre tous les ans, il y a un soir un peu magique où l’on réalise, à la nuit tombée, que les illuminations de Noël ont été posées. Sans que l’on s’en rende compte. Subrepticement.

Et ce moment précis marque l’entrée dans une période souvent enchantée. Les vitrines s’animent, les rues sont noires de monde, les sapins jonchent les trottoirs avec des odeurs délicates de montagne et de forêt... 

Mais d’autres effluves se sont fait sentir en cette fin d’année ; ce sont celles des lacrymogènes et de l’odeur âcre du caoutchouc des pneus brûlés, qui donne un peu mal au cœur. Au sens propre comme au sens figuré.
Comment ne pas compatir devant tant de détresse sociale et en même temps comment ne pas s’insurger de voir la manière dont la France s’est donnée en spectacle depuis la mi-novembre ?

Bruno Le Maire est passé de Ministre de l’Economie à « Ministre de la crise » alors que notre Président, silencieux, réfléchissait à un assouplissement de certaines mesures. Dont acte. De contrition certes. Mais il est acté que la France a subi des événements dont elle aura du mal à se remettre. Sociologiquement. Et en termes d’image.

Et pourtant… Nous recevions l’autre jour au sein de notre groupe quelques dizaines d’entrepreneurs que le Magazine Challenges interviewe toutes les semaines dans le cadre du Club Entrepreneurs Challenges - Grant Thornton. 

Ils ont des idées, des envies et des projets, ils se battent pour remplir leurs carnets de commandes, rémunérer correctement leurs salariés (et embaucher !) et leurs fournisseurs, innover, inventer ! Et créer cette valeur dont la France est si fière ! Ses entrepreneurs, son tissu économique, ses régions…
Le débat national et ce qui se passe entre Matignon, l’Elysée (et les champs Elysées !) est commenté de CNN à la Rai avec les questionnements de journalistes incrédules mais avec le soulagement que tout cela n’arrive pas (encore) chez eux… 

Et si le gouvernement baissait les charges patronales et optimisait la fiscalité en faveur de l’entreprise ? Et si un vrai pas en avant vers cette dernière était le symbole attendu pour rétablir l’ordre républicain et pour qu’elle puisse librement revêtir son rôle ?

Il ne se résume pas à la réalisation de profits, cela va de soi, car l’entreprise a une dimension sociale fondamentale : et chez Grant Thornton, nous aimons la vision de Jean-Dominique Sénard, qui lui a bien compris l’humanisme nécessaire au déploiement d’une stratégie vraie pour une entreprise d’intérêt général, colonne vertébrale de l’économie et des ménages.

Télécharger l’objectif croissance n°18

Directrice
Agnès de Ribet Rencontrez Agnès