Points de vue

La planification connectée : une (r)évolution en marche

La planification connectée est une (r)évolution en cours pour le contrôle de gestion. Du fait de l’explosion de la quantité de données à traiter, de la nécessité de disposer en quasi temps réel de données actualisées et de pouvoir réaliser des simulations à la demande, la solution MS Excel, chère au contrôleur de gestion, ne suffit plus pour répondre à tous les besoins, que ce soit ceux des opérationnels ou ceux de la DG ou encore de la DAF. 

L’une des principales difficultés du contrôle de gestion est de collecter et connecter l’ensemble des données lui permettant de réaliser les analyses et les prévisions qui contribueront à une prise de décision opérationnelle ou stratégique.

Force est de constater qu’il est difficile de connecter la planification et les prévisions avec les différents métiers, mais aussi les différentes solutions sources : Finance, RH, Supply Chain, Ventes... Résultat, pour beaucoup d’organisations, le budget, les prévisions et le plan sont des exercices laborieux, bien souvent incomplets et surtout statiques ne permettant pas de répondre aux besoins de l’entreprise. Ceci conduit à une démultiplication des feuilles MS Excel qui, dans 80 % des cas, comportent une erreur critique. 

Les éditeurs de solution d’EPM (Enterprise Performance Management) comme Anaplan, ont développé dans le cloud des plateformes collaboratives qui permettent de répondre à ce besoin.

Cependant, la planification connectée est avant tout une nouvelle manière de penser son modèle et son processus de planification pour passer d’un modèle en silo à un modèle commun d’entreprise. 

Il est donc possible de connecter très simplement tout type de données et de les intégrer entre elles, comme par exemple, des prévisions de recrutement avec des données de la supply chain et des prévisions de chiffre d’affaires. De plus, il est possible de créer des modèles sur-mesure pour un métier ou une fonction, tout en restant connecté à un modèle de données central permettant de recalculer des prévisions en temps réel. La force de ces nouvelles solutions réside dans le fait de n’avoir aucune ligne de code à écrire afin de maintenir le modèle existant. 

Comme toute (r)évolution, celle-ci doit être accompagnée, aussi bien d’un point de vue humain que fonctionnel, afin d’éviter déconvenues et désillusions. 

Associé
Olivier Rihouet Rencontrez Olivier